//
Généralités, Médias sociaux, Opinion

De quoi faut-il parler sur les médias sociaux ?

Hier, je tweetais un truc tout à fait banal après une longue journée de travail :

« Dans l’avion de Barcelone pour Londres. Décollage dans 10 min »

Un truc totalement anodin que l’un de mes « amis » sur Facebook s’est empressé de qualifier avec une certaine ironie (mais non sans pertinence non plus) de « passionnant. »

Du coup, cette interpellation m’a fait réfléchir et m’a inspiré la note du jour : Que faut-il écrire sur les médias sociaux ? Quelle doit être la ligne éditoriale d’une personne ou d’une organisation qui s’engage en ligne ? Qu’est-ce que les gens attendent de cet engagement en ligne ? Il y a-t-il une règle à observer ?

Il est évident qu’il n’existe pas une réponse unique ou standard à ces questions fondamentales qui concernent le contenu et la tonalité. Je vais néanmoins vous donner mon point de vue.

Les médias sociaux sont des lieux d’échange et d’interaction par nature. Pour y intervenir, il faut abandonner tout velléité qui conduirait à produire de grandes déclarations péremptoires et définitives. Il ne faut pas non plus rechercher à tout prix le sérieux, le juste, l’académique.

S’engager sur les médias sociaux, c’est intégrer trois paramètres qui vont conditionner le fond : la temporalité, la singularité et l’empathie.

Il est essentiel de se situer dans l’instant et publier des choses qui permettent aux utilisateurs de vous suivre au sens propre comme au sens figuré. Dire que l’on se trouve dans un avion n’est évidemment pas passionnant mais c’est un repère qui peut avoir de la valeur pour les gens qui vous suivent avec intérêt.

La singularité, c’est exprimer des choses que vous seul pourriez dire au moment où vous les dites afin de faire apparaître et transparaître la personne derrière l’auteur d’une note ou d’un tweet. Une expression sur les médias sociaux doit être personnalisée et reconnaissable.

Pour ce qui est l’empathie, cela renvoie ici à la nécessité de dire des choses simples qui peuvent provoquer des réactions tout aussi simples et spontanées de la part des interlocuteurs avec lesquels on échange.

Tout cela n’est certainement pas passionnant (je le confesse humblement), mais la première fonction des médias sociaux n’est pas non plus de l’être.

Pour répondre à la question en titre de cette note : on peut parler de tout sur les médias sociaux à condition que ce soit systématiquement ancré dans un référentiel temporel, que ce soit « signé » et que cela soit de nature à provoquer l’échange avec les interlocuteurs.

A ce titre, les médias sociaux ont permis de diversifier les contenus et proposer des tonalités vraiment différentes des autres supports d’expression.

Leur fonctionnement intrinsèque a déterminé et contraint l’expression et c’est l’un des ressorts de leur extraordinaire popularité.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :