//
Généralités, Influence, Médias, Médias sociaux

S’engager en ligne, c’est faire des promesses implicites

Il y a énormément de raisons qui peuvent conduire une organisation ou une personnalité à décider d’une stratégie de communication sur les médias sociaux. Cela peut être évidemment pour vendre plus, pour recruter des électeurs, des soutiens, pour travailler sa réputation, pour faire connaître une initiative ou tout simplement pour papoter.

Si tout acte de communication doit contenir une promesse plus ou moins explicite, le fait de s’engager en ligne en contient une autre : celle de prendre part aux conversations. Et c’est promesse renvoie à trois obligations.

« Je vous promets d’être celui que vous imaginez » : toute présence en ligne doit reposer sur une identité assumée et affichée. Les internautes ont besoin de savoir que la ou les personnes qui s’expriment au nom d’une organisation ou d’une personnalité sont des personnes qui ont autorité pour s’exprimer au nom de cette organisation (ou de cette personnalité). Il est fondamental d’être identifié et identifiable. Si la personne qui s’exprime au nom d’une personnalité est son assistant(e), il est utile de le dire car il est périlleux de laisser croire qu’il s’agit de la personnalité elle-même. Idem pour les organisations. Si c’est le DG, c’est le DG, si c’est le DirCom ou le Community manager, les gens ont le droit de le savoir.

« Je vous promets d’être assidu » : Il n’y a rien de plus volatile qu’un internaute, tenez vous le pour dit ! Qu’il soit fan ou ami n’est pas un capital. On peut avoir attiré des milliers de personnes autour de soi, si l’organisation ou la personnalité communicante cesse de produire du contenu, cesse de répondre aux commentaires ou aux interpellations, l’audience va fondre à une rapidité assez phénoménale. Rien à voir avec la fidélité que l’on connait sur les médias traditionnels, l’audience sur les médias sociaux varie précisément à la vitesse de ces espaces et des milliers de personnes peuvent s’évaporer en quelques heures à peine si l’organisation ne se contraint pas à une périodicité acceptable.

« Je vous promets d’accepter la critique » : S’engager sur Internet, c’est s’exposer. Et lorsque l’on s’expose sur Internet, on se confronte à une série d’interpellations directes, insolentes, souvent violentes. Injustes aussi et intolérables parfois. Ce n’est pas le web qui est violent, c’est la société qui l’est et la proximité permise par l’Internet associée au sentiment que les internautes ont d’être protégés par leur ordinateur exacerbent cette violence ressentie.

Toute organisation ou personnalité qui n’est pas prête à tenir ces trois promesses ne devrait jamais s’exposer en ligne. Car une telle exposition qui ne répondrait pas à ces exigences serait une exposition stérile et contre-productive.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :