//
Médias sociaux, Opinion

La fin de Facebook est-elle proche ?

Facebook est partout et sa présence est si dominante que certains en viennent parfois à confondre stratégie digitale avec animation d’un espace Facebook. Récemment, le réseau social communiquait sur près de 700 millions d’utilisateurs (687 exactement) alors qu’un site Internet, Inside Facebook, annonçait la perte de 7 millions de profils sur le continent nord-américain, y voyant les prémices, certes faibles, du déclin prochain du premier réseau social au monde.

Alors que l’on annonce déjà la cotation en bourse pour 2012 avec une valorisation proche de 100 milliards de dollars (sic), mon opinion est que Facebook pourrait bien être la plus retentissante bulle spéculative de l’histoire de l’Internet. En d’autres termes, je suis intimement persuadé que le Facebook va décliner dans un futur proche et ce, pour au moins trois raisons.

La première raison tient à la très faible utilisation de l’ensemble des fonctionnalités du réseau. Combien d’applications avez-vous autorisés ? Combien en utilisez-vous régulièrement ? A combien d’événements vous êtes vous rendus après avoir reçu une invitation par Facebook ? Sur combien de groupes êtes-vous réellement actif sur la masse des groupes que vous avez rejoints ? Enfin, combien de pages suivez-vous quotidiennement parmi toutes les pages dont vous êtes théoriquement l’un des fans ?

Sans présager de votre utilisation, je pense que vous serez d’accord pour affirmer avec moi que vous n’utlisez Facebook que pour la fonction primaire du réseau social, tout le reste étant à la fois inutile et parasite. Or Facebook tire la plus grande partie de ses revenus de ces fonctionnalités que presque personne n’utilise.

La deuxième raison qui m’incite à penser que Facebook va bientôt décliner est l’effet balancier provoqué par le trop grand nombre d’utilisateurs qui va rendre Facebook tout à fait indigeste et sans intérêt. Si les internautes appréciaient d’aller se connecter là où tout le monde allait se connecter (phase d’adoption en masse qui explique le succès considérable du réseau social), ils aspirent désormais à recréer des repères de confiance, quasi communautaires, qui leur permettent de s’isoler entre personnes partageant les mêmes centres d’intérêt. Et plus c’est spécifique, plus c’est attractif.

Pour résumer : il fallait avoir des milliers d’amis pour montrer son adhésion au phénomène. Mais comme ces milliers d’amis ne vous servent à rien et polluent plus votre mur qu’autre chose, on cherche désormais à se retrouver entre « fans de musique baroque française interprétée au diapason 415 » pour y vivre une réelle expérience valorisante et enrichissante. A ce titre là, Facebook sera une victime mécanique de son succès.

La troisième raison enfin tient à la rigidité de l’interface qui n’a presque pas bougé depuis des années et qui a fait peu de place à des innovations tierces. Du point de vue de l’utilisateur, Facebook est une plateforme figée qui va devenir ringarde dans un avenir très proche. C’est encore plus vrai pour les annonceurs potentiels.

Ici la difficulté est que cette rigidité n’est pas tant le fait des dirigeants de Facebook que des utilisateurs qui ont de nombreuses fois hurlé à la mort quand des modifications substantielles étaient apportées à la plateforme. Les gens sont tellement certains d’être chez eux sur leur page profil qu’ils ne tolérent pas qu’une main invisible vienne bousculer l’ergonomie, fut-ce la main des créateurs de la plateforme elle-même, idolâtrés par ailleurs à coup de superproduction américaine.

Mais alors, ce déclin, il est pour quand ?

Je n’en sais rien, je dirais environ 2 ans, compte tenu de la rapidité avec laquelle les phénomènes se produisent sur Internet. En fait, cela dépend de la manière avec laquelle les utilisateurs inscrits auront le courage de fermer leur compte. Car la décision de disparaître de Facebook doit être une décision sociale elle aussi.

Le déclin ne sera pas porté par des individus isolés mais par des groupes d’utilisateurs qui décideront collectivement d’en partir. De la même manière qu’on a parfois rejoint Facebook pour faire comme les autres, on le quittera avec l’assurance que l’on n’est pas le seul à le faire. L’effet d’entraînement est indispensable pour rassurer chacun et le convaincre qu’il ne s’exclue pas de sa communauté d’adoption.

Alors dans combien de temps va se produire ce déclin ?

Je dirais  également 2 ans au regard du calendrier qui semble avoir été fixé pour l’introduction en bourse. Si le timing s’accélère, c’est peut-être aussi parce que les principaux investisseurs n’ont pas une visibilité à plus longue échéance et vont s’empresser de rentabiliser leur participation colossale avant que les choses ne se gâtent vraiment.

Car lorsque le déclin sera amorcé, les choses iront très vite. Reste à savoir par quoi il sera remplacé.

Discussion

8 réflexions sur “La fin de Facebook est-elle proche ?

  1. La première raison n’est pas valable pour aller jusqu’à quitter le réseau. Ce n’est pas parce qu’on participe à un event sur 5 (par exemple) que cet outil n’est pas utile.
    La seconde raison est aussi absurde. Depuis toujours Facebook permet de cloisonner l’espace de chaque utilisateur à la sphère relationnelle qu’il désire (malgré l’incitation du créateur à ouvrir cet espace). Tant que Facebook donnera aux utilisateurs les moyens de conserver une confidentialité entièrement paramétrable, les gens y resteront car l’outil est purement et simplement PRATIQUE.
    Malgré sa rigidité apparente, Facebook est flexible car s’adapte aux besoins de ses utilisateurs. En restant connecté avec sa « clientèle » depuis le début (et ça ne semble pas près de changer), le réseau ne deviendra pas ringard.

    La probable raison pour laquelle Facebook a perdu des millions de comptes récemment tient simplement au fait qu’ils ont eux-mêmes suspendus les comptes ne remplissant pas les principe du Prénom et Nom associés à une personne physique. J’ai moi-même un compte qui a été suspendu.

    La seule raison interne qui pourrait faire quitter les gens du réseau social phare résiderait en des ouvertures obligatoires de confidentialité.
    La seule raison externe réside en l’arrivée sur le « marché » d’un site basée sur une autre conception de l’interaction sociale, une autre idée. Et malgré ce « nouveau concurrent », Facebook, attentif aurait tôt fait de reprendre l’idée, voir de racheter le site émergent.

    Publié par filgb | 21/06/2011, 17:14
  2. Un bel article plein de généralités abusives. Vous ne pouvez pas prendre votre utilisation personnelle de Facebook et l’appliquer à tout le monde. L’utilisation que j’ai de Facebook vient contrebalancer tous vos arguments, j’ai « seulement » une centaine d’amis, la moitié des vrais amis, l’autre des personnes ou groupes proches de mes centres d’intérêt. J’utilise beaucoup l’outil d’invitation aux évènements et quand je répond Oui à un évènement, c’est que j’y vais. J’utilise les Groupes pour travailler avec mes collègues et partager des informations uniquement avec eux etc… Bref pour moi Facebook est loin d’être mort, au contraire c’est un outil très efficace, toujours en développement et qui n’a pas dévoilé tout son potentiel.

    Publié par Nicolas | 21/06/2011, 17:20
  3. Personnellement je pense que Facebook déclinera et petit a petit ne prendra pas plus de place que d’autres réseaux sociaux. Et principalement car je suis intimmement convaincue que les gens vont vouloir revenir a une relation plus humaniser avec leurs amis et proches. Avoir 300 voir plus amis virtuels ne fait que signifier a mon sens un grand vide dans la relation avec l’humain. La mouvance actuelle est de préférer se créer une vie virtuelle, pleine de faux semblants, d hypocrisie et d amis que l on ne verra sans doute jamais. Mais au final on le voit bien dans le réseau professionnel, rien ne vaut une bonne rencontre en chair et en os. Que ce soit pour faire du réseau ou pour que les amitiés durent.
    Je suis intiment convaincue que d’ici quelques années nous nous retournerons vers le relationnel et le contact pour favoriser des relations basées sur le vrai, l’échange et la sincérité. Et je doute que Facebook y survive.

    Enfin je pense que la commercialisation de facebook, l’invasion par les marques du réseau pour une fois de plus nous inonder de marketing, de publi rédactionnel, … Va finir par lasser les utilisateurs, pousses a l’ultra consommation j’espère que nous arriverons a faire le virage inverse pour retrouver un juste milieu.

    Mais je pense qu’il faudra plus de deux ans.

    En tout cas Christophe ce nouveau blog est un véritable plaisir a lire ! Je me régale a chaque nouvelle publication.

    Publié par Julie | 21/06/2011, 18:32
  4. Ca y est, ce blog commence à prendre, j’ai les premiers lecteurs qui me traitent d’abruti. Ça c’est un signe qui ne trompe pas.

    Plus sérieusement, permettez moi de faire remarquer le point d’interrogation qui ponctue le titre de cette note et également le fait que ce qui est écrit ici représente mon seul point de vue et qu’il est précisément destiné à alimenter le débat… Respectueusement.

    Merci Julie pour ta contribution.

    Publié par digitalchristophe | 21/06/2011, 22:30
  5. Salut Christophe,
    Pas du tout d’accord avec toi. Même si certains moteurs de désaffection que tu évoques sont justes, l’élément moteur de l’adhésion à FB est aujourd’hui ce qui nous a permis à toutes et tous de nous identifier sur ton blog. « Identifiez-vous via Facebook » va devenir notre passeport universel… Et quand cela nous permettra de généraliser nos paiements en ligne via des FB Credits, cela nous donnera encore plus de raison d’être et rester membre du réseau des réseaux…
    Amitiés,
    Pierre

    Publié par Pierre Vallet | 22/06/2011, 06:45
  6. Salut Pierre,
    Je ne partage pas du tout ta vision de l’avenir et notamment quand tu parles de passeport universel. Mais l’avenir se chargera de nous dire lequel de nous deux a raison.
    Take care.
    Christophe

    Publié par digitalchristophe | 22/06/2011, 11:32

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Facebook perd des utilisateurs. Une bonne nouvelle ! | AGF Consultant - Conseils en Identité numérique, personal branding, E-Réputation - 28/06/2011

  2. Pingback: Facebook perd des utilisateurs. Une bonne nouvelle ! | Gouvernance Web - 29/07/2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :